Secteurs d’utilisation des imprimantes 3D : impression 3D pour bijouteries

impression 3D pour bijouteries

Cette nouvelle technologie existe déjà depuis plus d’une cinquantaine d’années et ses premières applications commerciales ont près d’une trentaine d’année. Toutefois, la démocratisation de ce domaine n’a été constaté que depuis quelques années seulement.

L’Impression 3D, c’est quoi ?

On lui donne plusieurs noms comme la Fabrication Additive ou la Manufacture Additive, mais elle est plus connue sous le nom d’Impression 3D.

La référence de manufacture luit vient de par ses méthodes de fabrication par ajout de matière. En effet, contrairement aux procédés traditionnels de manufacture que nous connaissons comme la fusion de matière, la déformation et l’enlèvement de cette dernière, les couches successives de matières seront empiler une à une sur l’imprimante 3D. Ensuite, nous avons ce qu’on appel “une tête d’impression”, cette dernière va prendre la matière en entrée, va la chauffer , puis la déposer sur un plateau où elle se solidifie couche par couche.

La fabrication additive surpasse largement la manufacture traditionnelle car de un, la manufacture traditionnelle que nous connaissons en plus d’utiliser des matériaux très couteux, nécessitent beaucoup de main d’œuvre. De deux, un gaspillage de matière allant presque jusqu’à 90% du bloc de matériel d’origine. La manufacture actuel nécessite également beaucoup d’énergie pour fonctionner et des est dotés de système conçus pour la production de masse qu’en série rendant la personnalisation impossible.

Elle est aujourd’hui très prisée en termes de production en série et couvre presque tous les secteurs d’activités. En passant par les modèles les plus communs jusqu’à celles les plus improbables, cette avancée technologique ne cessera sans doute pas de nous impressionné.

Vous pouvez notamment suivre ce procédé de fabrication en cliquant ici.

Utilisation et mode de fonctionnement de l’imprimante 3D :

Pour détailler le procédé de fabrication d’objet 3D, voici les quelques étapes à ne pas manquer. La première étape est de modéliser un objet 3D. Vous pouvez recourir à des logiciels de conception ou de modélisation comme Cinéma 4D, Blender, FreeCAD, 3DS Max, SolidWorks, etc.

Une fois la modélisation terminée, on exporte ces objets en fichiers spécifiques (généralement sous l’extension. stl,.amf ou .obs). Ou on peut directement récupérer ces fichiers via des plateformes tels que GrabCAD ou Thingiverse.

Il faut ensuite découper les fichiers en couches, en termes technique cette action fait référence à « slicer » les fichiers. Les fichier convertis de type stl, amf ou obs seront traduits en un fichier gcode. Cette traduction en gcode agit comme un langage permettant le pilotage de la machine, aussi pour commander les instructions d’usinage. Une fois que s’est fait, l’impression peut démarrer.

Il peut être intéressant de passer le fichier slicer dans un logiciel qui va effectuer des contrôles d’erreurs pour que le format  soit bien compatible à l’impression. En effet, il existe des contraintes entre le numérique et le monde physique notamment de par la taille d’extrusion de la matière.

Les principaux avantages de l’impression 3D :

En plus du fait qu’en fabrication additive ou en impression 3D il n’y a aucun gaspillage de matière, tout peut être recyclé pour fabriquer d’autres objets. Nous constatons une réduction considérable des coûts de production.

Comme presque la majorité des travaux est fait par l’outil, il y a peu ou presque pas de main d’œuvre.  En plus, vous avez une total liberté en terme de personnalisation de vos objets 3D, qu’il soit simple ou complexe. Ce qui auparavant était impossible à fabriquer agissant donc en frein, aujourd’hui c’est possible avec l’Impression 3D.

Également, comme tout pour se faire à la demande et en un rien de temps, vous n’aurez donc plus besoin de faire des stocks ni à vous préoccuper des transports par exemple car on peut relocaliser les productions là, où et quand on veut. C’est une aubaine en effet pour les boîtes de productions en séries qui se cassaient souvent la tête en terme de logistique et en terme de conservation.

En plus avec l’arrivée du Scanner 3D, il a été constaté que lorsque nous combinons ce dernier avec un Imprimante 3D, on pourra copier et recréer quasiment tout objet.

Je suppose donc que les habitudes de fabrication et d’utilisation des objets quotidiens vont largement évoluer.

L’imprimante 3D au service de la bijouterie :

Il a été dit que la fabrication additive, couvrait actuellement presque tous les secteurs d’activités ce qui facilite grandement la vie quotidienne, que ce soit dans le domaine de l’aéronautique, de la construction, médical voir même du design, l’Impression 3D a vraiment pousser les limites possible.

Pour les adeptes et amateurs de bijoux et de joaillerie, cette innovation va sans doute vous faire sauter au plafond. En effet, l’Impression 3D touche désormais au monde de la bijouterie.

La joaillerie est un art qui a tourner peu à peu vers le monde moderne avec les évolutions et les innovations en vogue tel que l’impression 3D.

Les imprimantes 3D en joaillerie agissent principalement au niveau prototypage et au niveau fabrication. Grâce à ce processus en prototypage, il est possible de réaliser en plastique des prototypes de bijoux avant de le choix du design définitif et avant l’envoie en production.

Il est également possible d’imprimer des bijoux en 3D en ayant recourir à un imprimante 3D pour bijouterie ou en métal. Il nous faudra pour se faire effectuer un moulage de l’objet à imprimer et d’y couler les matériaux tel que l’or, l’argent ou autre. Pour le moulage, le résine est la matière qu’il faut avoir en main.

Il est à noter que comme dans tout autre secteur, il est également possible de personnaliser vos bijoux, que ce soit au niveau de la taille ou même de la forme.

 

C’est vraiment une innovation, que ce soit en terme de fabrication, en terme de gains de temps, et de productivité mais également le résultat escompté se rapproche vraiment de la fabrication traditionnelle, celle qui nécessite autant de temps, d’argent, de main d’œuvre.